L'invité

L’ÉTUDE DE MARCHÉ EST ELLE UN OUTIL INCONTOURNABLE DANS LA CRÉATION D’UNE ENTREPRISE?

L’ÉTUDE DE MARCHÉ
EST-ELLE UN OUTIL INCONTOURNABLE
DANS LA CRÉATION D’UNE ENTREPRISE?

Quelle est la nécessité d’un tel instrument au lancement d’un investissement ? Peut-on se passer d’un tel dispositif ? Autant de préoccupations soumises à l’analyse et à l’appréciation de notre expert, Dr. Joubert NOUAFO.

V.A : On parle régulièrement d’étude de marché à l’amorce de la création d’une entreprise, en quoi consiste-t-elle en réalité?

Dr: Le marché se définit comme le lieu où l’offre et la demande se rencontrent. Plus simplement, on parlera de la rencontre du vendeur (offre) et de l’acheteur (demande). L’étude d’un marché consiste donc à cerner l’offre et la demande sur les plans qualitatifs (qui sont les offreurs ? qui sont les acheteurs ?) et quantitatifs (quelle est le volume d’offre et celui de la demande ?). L’étude de marché est un instrument important de décision pour toute entreprise en création ou même existante.

V.A : Quelle entité est habilitée à réaliser une étude de marché ?

Dr: Il existe des structures de consultance ayant une bonne méthodologie d’étude de marché. La mienne dénommée TARGET en fait partie.

V.A : Quel est le processus de réalisation d’une étude de marché ?

Dr: Le processus de réalisation d’étude de marché est la démarche méthodologique pour cerner les données de ce marché en termes d’offre et de demande. La fiabilité des sources d’information est au cœur de ce processus.

V.A : Et si vous nous parliez de la typologie des études de marché ?

Dr : On ne peut pas parler de typologie d’étude de marché. Une étude de marché est menée de la même manière que ce soit pour une petite entreprise ou une grande entreprise. Par contre on peut se contenter des informations parcellaires sur le marché, sans exhaustivité.

V.A : Quels sont les enjeux d’une étude de marché ?

Dr : Un promoteur ou une entreprise existante dans le cadre de son développement a besoin d’avoir des informations sur l’offre et la demande qui lui permettent de prendre la décision de se lancer ou de ne pas se lancer sur un marché. S’il décide de se lancer, la question secondaire est celle de savoir quelle part du marché peut être visée.

V.A : Au vu des données que vous venez de présenter, peut- on se passer d’une étude de marché dans la création d’une entreprise ? sinon pourquoi ?

Dr : Décider de se passer d’une étude de marché c’est accepter de ne pas connaître où on va et s’exposer à des vents contraires. Généralement l’expérience tourne court et on perd du temps et de l’argent. Une étude de marché est donc nécessaire, même si elle n’est pas suffisante pour garantir la suite de l’aventure entrepreneuriale.

V.A : Quelle lecture faites-vous des entreprises qui ont démarré sans étude de marché et on réussi à tenir le cap ?

Dr : Je peux affirmer qu’il n’y a pas d’entreprise au Cameroun qui ait démarré sans chercher à connaître le marché pour la simple raison que l’entreprise camerounaise a toujours été une entreprise de substitution à l’importation. Cela veut dire que son promoteur a d’abord été un commerçant qui a identifié un produit, mesuré sa pénétration sur le marché, et décidé de le fabriquer en s’appuyant sur sa connaissance du volume écoulé, de réseau de distribution et sa maîtrise des prix. Il a donc procédé à une évaluation de son marché de manière informelle en apportant des réponses sur le volume de l’offre, le prix, la demande et la concurrence. C’est donc le résultat de l’expérience. Si le promoteur n’a pas d’expérience, il va se faire une opinion sur la base des statistiques douanières d’importation et entreprendre un test de marché avant de se lancer dans des investissements pour la production.

V.A : Quel conseil pourriez-vous donner aux jeunes entrepreneurs qui ne peuvent s’offrir une étude de marché avant la création de leur entreprise ?

Dr : Qu’ils analysent les statistiques d’importation, de production locale et d’exportation sur 2 ou 3ans. Ils pourront se faire une bonne idée sur la consommation du marché intérieur et sur son évolution. C’est déjà un indicateur appréciable à faible coût.

V.A : Pour les entreprises ayant démarré sans étude de marché, quelles attitudes doivent-elles avoir pour maintenir le cap ?

Dr : Je leur recommande d’avoir un système d’information sur
le marché constitué sur la base de statistiques par produit :
o Importation
o Production locale
o Exportation
Elles peuvent ainsi comparer à tout moment leur propre
vente au marché, calculer leur part de marché, puis suivre son
évolution.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page