Mindset

LES COMPORTEMENTS DIFFICILES À GÉRER AU TRAVAIL

LES COMPORTEMENTS DIFFICILES À GÉRER AU TRAVAIL

8 TYPES E COMPORTEMENTS DIFFICILE À GÉGER

Si l’on peut tous, à un moment donné, se muer en un infâme trublion,
certains collaborateurs semblent n’être là que pour faire constamment tourner leurs collègues en bourriques. Des comportements – volontaires
ou non – inadéquats au bureau que le manager devra impérativement recadrer dès que possible.

Il ne s’agit pas de blesser le collaborateur en question, ce qui décuplerait les problèmes, ni de le laisser prendre l’ascendant, ce qui aurait des conséquences encore bien plus négatives… Pourtant, il est essentiel d’agir,
car les pertes directes et indirectes pour l’entreprise liées à ces personnalités ne sont pas des moindres : image entachée, rendement diminué, perte de temps, mauvaise ambiance au sein d’une équipe, etc.
Tout réside donc dans l’art de gérer les conflits. Il existe des méthodes à suivre et surtout un comportement à adopter face à ces personnalités. Votre
posture dans la gestion de ces caractères dépend du profil que vous avez en face : s’agit-il d’un colérique ? D’un anxieux ? D’un négatif… Les approches seront différentes selon les types de comportements, parmi lesquels
on trouve, notamment :

LE COLÉRIQUE :

Tolère peu la frustration et les remarques, constamment sur la défensive, s’emporte à la première contrariété, peut avoir des réactions violentes (en paroles comme en actes) ;

L’ANXIEUX :

Fragile, perd facilement ses moyens, doute de ses compétences, se sous-estime en se comparant souvent aux autres, souvent perfectionniste, il craint de ne jamais être à la hauteur et auto-sabote parfois son travail ;

LE NÉGATIF OU RÂLEUR :

Critique tout et ne voit que le verre à moitié vide, a une peur viscérale du changement, trouve des freins à tout nouveau projet/nouvelle proposition, jamais content ;

LE BLASÉ :

Passif, oisif, sa motivation est au plus bas et plus rien ne semble l’intéresser, il suit le mouvement sans grande conviction et peut faire preuve d’une nonchalance déconcertante jusqu’à bâcler ses missions sans le moindre complexe, s’implique le moins possible dans les projets/l’équipe/l’entreprise;

L’INTROVERTI :

Profil plus délicat à manager, car il ne laisse rien paraître. Véritable bombe à retardement, ce type d’individu a tendance à intérioriser ses frustrations et autres rancœurs, accepte tâches et missions au-delà de ce qu’il devrait ;

L’ARROGANT :

Très sûr de lui, propension à parler haut et fort et écraser ses collègues, donne son avis sur tout, ne conçoit pas avoir tort, souvent jaloux des réussites des autres qu’il tente de minimiser ;

LE MANIPULATEUR :

Propage des rumeurs, retourne sa veste, adapte son fonctionnement et ses propos selon qui est en face de lui, s’arrange pour toujours bien se sortir des situations complexes ou tendues, sème la zizanie dans le groupe, ne se dévoile que très peu, reste toujours très évasif et flou, affectionne particulièrement les phrases à double sens qu’il emploie continuellement ;

LE MARTYR :

Rien n’est jamais de sa faute, s’arrange pour se faire plaindre (par exemple : accepte une tonne de dossiers pour finalement se lamenter sur la charge de travail qui lui incombe).

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page