L'invité

AMBASSADEUR DU CAMEROUN A BANGUI SON EXCELLENCE NICOLAS NZOYOUM

AMBASSADEUR DU CAMEROUN A BANGUI SON EXCELLENCE NICOLAS NZOYOUM

Notre séjour à Bangui, nous a donné l’opportunité de rencontrer son excellence NZOYOUM Nicolas, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Cameroun auprès de la République Centrafricaine. Titulaire d’un doctorat 3ème cycle en relations internationales, il a été nommé en juin 2017 représentant du Cameroun auprès de la CEMAC. Le diplomate dans l’entrevu qu’il nous a accordé est revenu sur les prérogatives qui l’incombe en tant qu’institution mais aussi sur les grands enjeux liés aux investissements en RCA.

Entretien réalisé par MARLYSE NDJENGA

V.A: Quelles sont les missions d’une ambassade et d’un ambassadeur ?

S.E : Une ambassade remplie plusieurs missions. Il y a des missions d’information, de représentation car je représente l’Etat Camerounais. Il y a une mission consulaire, cela veut dire que je suis là pour la protection des intérêts du Cameroun et des intérêts des Camerounais ici en Centrafrique. L’article 5 de la convention de Viennes me donne toutes ces prérogatives. Il y’a des missions de recherches, de création, d’informer les Camerounais sur les conditions économiques de la Centrafrique, de les encourager à tisser les liens commerciaux, économiques, culturels et scientifiques. Ceci pour attirer des investisseurs camerounais en Centrafrique.

V.A : Et si on parlait des investissements camerounais en Centrafrique, quels sont les secteurs dans lesquels on retrouve ces derniers ?

S.E: Vous savez, les relations entre la République Centrafricaine et le Cameroun sont très anciennes. Ce sont deux pays non seulement frères mais deux pays voisins. Qui dit voisin, dit liens séculaires et ces liens séculaires remontent de très longtemps ; Vous savez, je suis là depuis sept (7) ans. Mais on m’a dit que par le passé c’était des Camerounais qui étaient dans le secteur de taxi, donc de transport, ainsi que dans le secteur du cinéma. Aujourd’hui, nous les retrouvons dans le secteur de l’hydrocarbure. Vous avez ici la société TRADEX que vous connaissez très bien, et qui est la société la mieux installée en Centrafrique, dans toutes les 16 préfectures de la Centrafrique mais malheureusement ça a été pillé pendant la crise. Il y a également BOCOM qui souhaite s’installer en RCA. Il y a des grandes sociétés de distributions telles que FOBERD, QUIIFEUROU qui sont là. Plusieurs d’autres sociétés sont présentes. Nous avons également un grand cabinet fiscal dénommé GROUPE FISCAL.COM installé ici en Centrafrique. Il y a une certaine panoplie de camerounais qui font des affaires florissantes en RCA. Je ne révèle pas un secret mais c’est le corridor Bangui-Douala qui constitue le poumon économique de la RCA. Des marchandises, et investisseurs viennent du Cameroun pour s’installer et faire fortune en RCA. Vous avez dans l’aéronautique la compagnie aérienne CAMAIR-CO qui desserre Bangui. Vous trouverez des Camerounais dans des secteurs très variés, qui sont installés en Centrafrique et qui font des affaires. Vous avez aussi le secteur du bois où vous trouverez nos compatriotes.

VA : les investissements sont-ils croissants ou décroissants au fil du temps ?

S.E: Je crois que par le passé, c’est allé en dent de scie, à la mesure du pays, quand il y a stabilité c’est croissant, quand les crises s’installent ça chute. Pendant la crise on a connu 4 années de récessions où la plupart sont partis, vous savez les investissements n’aiment pas le bruit. Mais en ce moment les investissements sont entrain de partir à la hausse, tout récemment il y a eu un investisseur Camerounais dans le secteur du Gaz qui souhaite s’installer.

Quelles sont les actions concrètes que vous pouvez mener pour défendre les intérêts de vos compatriotes ?

En terme d’action, c’est par exemple le faire accompagner auprès de la chambre de commerce, c’est par exemple lui donner des conseils en ce qui concerne l’insécurité dans le pays, c’est par exemple intervenir s’il a maille à partir avec quelques autorités ou des ressortissants du pays hôte et que je me rende compte que ses intérêts risque d’être bafouées.

VA : Avez-vous déjà assisté à des cas d’abus subis par un de vos comptriotes ici en Centrafrique ? si oui, comment le différend s’est-il soldé ?

S.E: Il faut dire que les cas d’abus sont multiples, sur ma table j’en ai au moins une dizaine de cas. Parfois c’est mon compatriote qui a tort, parfois ce sont ses droits qui sont bafoués. Ce que je dois rajouter quand quelqu’un vient investir, il doit être fort d’esprit, avoir un moral fort, les affaires sont un domaine de difficulté. Vous savez ce que je dis à mes compatriotes c’est que ce pays est un pays en sortie de crise et c’est dans cette sortie de crise qu’ils doivent venir. Le profit est le salaire du risque .

VA : Avec le vécu que vous avez dans ce pays, quels sont les secteurs porteurs pour les investisseurs ?

S.E: En ce qui concerne les secteurs porteurs, il faut dire déjà que tout ceci dépend de votre capacité d’innover, votre niveau de créativité. C’est un pays aux opportunités, c’est-à-dire tout secteur est porteur, pour autant que l’investisseur qui arrive sache s’y prendre et être futé pour traverser les difficultés qui peuvent se poser. En exemple je vois le secteur du logement, il ya un manque de logements à Bangui qui crée une forte demande et avec peu d’offres. Le secteur du transport n’est pas en reste, en résumé tous les secteurs sont porteurs d’opportunités.

VA : Pour investir dans un pays hôte, quelles sont les démarches à entreprendre et à quel niveau intervient la diplomatie ?

S.E: L’ambassade est là pour accompagner, c’est l’investisseur lui-même qui évalue les opportunités, fait son étude de marché et au niveau où il rencontre les difficultés il se fait aider par l’Ambassade. Dans un premier temps, l’Ambassadeur que je suis, le conseille et lui dit de connaitre les lois Centrafricaine et de s’y conformer. Il faut noter que nous n’intervenons que dans la limite du droit international. Très souvent c’est avec la Chambre de commerce qu’il faut démarrer,

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer